macmacaan II
logo  
Site dedié à la diffusion de la culture et des traditions somalis  
  ACCUEIL ::
   
Macmacaan: la suite

Le thé et le café somaliens sont souvent accompagnés de " buskut " sorte de petits biscuits somaliens et d'une sorte de génoise très gonflée et parfumée à la cardamome 'doolsho'.

Cependant il arrive que, durant certains cérémonies ou rituel, telle que ceux des commémorations, de " madaxshub ", ou lors des réunions des personnes âgées, le thé soit servi avec du " bun iyo daango " : " bun " étant de l'huile cuit et parfumé avec des graines de café éclaté ; et " daango " une sorte de pop-corn de " meseggo " sorgho ou mil: dans ce cas on procède ainsi :
-on utilise des petits verres pour le thé : on verse au fond du verre une cuillère à café de
'daango', le sucre et ensuite le thé ; on sert du thé à fur et mesure que le niveau baisse :
-le " bun " lui a plutôt une connotation de rituel ; c'est une sorte d'huile de bienvenue, on le prépare que pour l'arrivée de certains personnages éminents et là un autre type de rituel s'installe; ( faal )

Il arrive aussi que le thé soit servi avec l'un des mets le plus extraordinaire, le plus renommé et reconnu dans pratiquement deux continents, je veux parler du " xalwa " halva (doux) : un nom qui résonne de la même manière en turc, en yiddish, en grecque, en indien, en pakistanais, en arabe, en somalien, et encore et encore…. un met considérée comme un ornement sur les tables de cérémonies, un symbole de joie et de plaisir intense.

Bien que cette pâtisserie, symbole de l'hospitalité, soit habituellement servie avec le " khahwa ", l'amertume du café se mariant harmonieusement avec la douceur du halwa, il arrive cependant qu'elle soit servie avec le thé.

Cette pâtisserie, par sa complexité de préparation, du moins pour le type de halwa dont je parle, est resté pendant longtemps l'apanage d'une caste spécifique, celle d'origine yéménite de la région de Benadir : ils avaient atteint un tel degré de perfectionnement dans la préparation de ce met, que le produit final, enrobé et ligoté dans des feuilles de bananier, ressemblait plus à un lingot d'or d'une douceur incomparable, qu'à un simple produit de consommation.

Par la suite, le produit s'est d'une certaine manière démocratisé et perdu quelque part en route ce qui faisait son originalité. Aujourd'hui il arbore des couleurs dues à un mauvais dosage du " sacfaraan " ; il arrive qu'on le trouve mélangé à des ingrédients qui ne lui rendent pas hommage. Pour toutes ces raisons je souhaite ici, rendre hommage, à travers ces quelques lignes, à ces artisans qui continuent de détenir les arcanes de la fabrication du halwa originelle. la suite

 
 
Infos
Somaliway.com ©1999-2012