Header image  
Nomades sur le fil du temps et des traditions...  
  ACCUEIL ::
    Nomades sur les fils des souvenirs...
Dhiil Cugidda la suite

On vient de me signaler que le verbe ‘ cugid ’ pouvait aussi s’écrire ‘culid ’ : on dira alors ‘dhiil la culay’ ; cela désigne la même action selon que l’on soit du nord ou du sud.
Quelques  recherches plus tard, je suis tombé sur ce site :  http://shafisaid.wordpress.com dans lequel on expose  ce même procédé de stérilisation. Shafisaid cite en plus  un fameux poème que Cawrala, consciente du goût exquis de ce lait,  aurait conté à son amant Calimaax :
Quote
Casarkii haddaan weel la culay, caano kugu siiyo
Cishihii haddaan sarar cusba leh, kugu cashaysiiyo,
Oo waa caafimaad rage haddaan, cagaha kuu duu go.

if by evening if provide you with milk from a shaken vessel (dhiil)
and by night feed you with salted morsels of steak
it is in the health of men, if I rub your feet.

Si au coucher du soleil, je te sert du lait d’un récipient secoué ( dhiil la cugey)
Et que dans la nuit je te nourris de côtes de viande salés,

................................

unquote

L’auteure de ce site fait ensuite un distinction entre ce procédé de cugidda ou culidda dhiisha et celui de lulidda ( lul = secouer) ou ‘ruxidda’ ( rux=secouer)
Il est vrai que avant de devenir ‘subag ’, le beurre doit venir de quelque part, et c’est par cette action que l’on en obtiens .
Le récipient utilisé est dit ‘haan’ plus gros et plus large que le dhiil, il est contenu dans  une grille de lianes tressées 'saab' pour faciliter son transport au dos de chameaux ou d’ ânes.
Lors de l’opération, les haan est placée au sol, sur des peaux ou du derin superposées, et  tenu d’une main ferme à un angle de 45° dégrée et roulé en avant et en arrière.
Au fur et au mesure, on enlève le subag qui se forme.
Le même type d’opération intervient lorsque l’on cherche à obtenir du ‘caano garoor’ du lait caillée.
Cependant  Shafisaid décrit dans son site  l'opération du nettoyage du haan, une opération que personnellement je ne connaissait pas : je cite Shafisaid  :


quote
«  le Haan est aussi soumis au même processus de désinfection que le dhiil :
ce procédé est appelée Aslid : on dit : ‘haanta waa la aslaa lama culo’. 
Cette opération commence par collecter, dans un premier temps,  des brins de certains arbres telles que Qaroor, Muxur et Muqlo ; qui seront  ensuite  cuits  dans l’eau de façon à  obtenir ainsi une mixture de couleur rouge-marron  appelée Asal ; lequel sera versé dans le Haan et secoué  de façon à en imprégner le tout : il arrive que l’on laisse le Asal à l’intérieur du haan pour plusieurs jours, pour assurer une meilleur désinfection du récipient."
Unquote


Ce procédé de stérilisation est appliqué à tout récipient destinée à conserver du liquide : ainsi les ashuun subissent , après lavage , un procédé de fumigation ou avec des branches des meygaag ou de l’encens, ou à leur tour imprégnés de Asal : l’eau aura alors un goût si particulier.

N.B.: tous nos remerciements et nos compliments à Shafisaid pour la qualité de ces information et de son humour.- retour
Galool - Acacia bussei

 
  Infos Somaliway.com ©1999-2012