Echappee magiques - Burji-xisaab
 
Nomades sur les fils du temps et des esprits...  
  Accueil ::
    " La magie noire et la magie blanche ne sont pas des forces différentes : c'est l'application soit destructive soit constructive de la même force ". JdH
Echappée magiques: Burji - xisaab ( 1 ) XVII

Actuellement l'une des histoires de la rubrique de Xaaji Cali ( prononcer Hagi Ali ) du volet en langue somali de ce site, relate l'histoire de deux peuplades qui vécurent dans le sud de la Somalie et qui avaient pour noms " Silcis-Gurgaarte " ( à prononcer Sil'is-Gurgaarte ) et "Goobroon ".

L'histoire raconte en détail l'oppression que les " Goobroon " eurent à subir de la part des " Silcis-Girgaarte " et de la manière dont il réussirent à se débarrasser d'eux.

Bien que le récit de l'histoire soit parfaitement rendu dans la langue somali, je crains que, si je m'embarque dans une traduction littérale en français, je ne puisse pas rendre en totalité les nuances et la richesse des tournures des phrases et des métaphores somali.

Quoiqu'il en soit, puisque j'ai besoin de cette histoire pour étayer le sujet qui porte essentiellement sur les marabouts, les griots, les chamans et sur les pratiques occultes ( voir faal ), il ne me reste qu'à traduire quelques lignes de cette extraordinaire histoire, que je vous le rappelle a été relatée par M. Hagi Ali.

Le cadre de l'histoire :

-Le sud de la Somalie, terre d'agriculture et d'élevage et une ville appelée en somalien " Jeli " ( Giali sur les cartes ) ainsi que des pleines de terres cultivées tout autour.

Les acteurs de l'histoire:

- d'un côté les " Silcis-Gurgaarte " guerriers, commerçants, artisans et en partie agriculteurs, ils détiennent cependant, en raison de leur nombre et de leur force, le pouvoir décisionnaire de la communauté de la région ;

- de l'autre côté les " Goobroon " agriculteurs pour la plupart et gens de religion en totalité, soumis mais bien conscient de la nécessité de résoudre le problème de l'oppresseur.

Les moyens mis en œuvre par les " Silcis-Gurgaarte "pour s'assurer de l'obéissance totale et définitive des " Goobroon ":-

1 - le pouvoir décisionnaire étant dans leurs mains, ils décrétèrent que : -


a)- les " Goobroon " devaient payer des taxes permanentes et pour pouvoir les identifier aisément et du premier coup d'œil, il fallait tout d'abord trouver un signe de reconnaissance : cela commença par les maisons : -

- Les portes des maisons appartenant aux " Silcis-Gurgaarte " la junte au pouvoir, devaient s'ouvrir à 'droite' :

- tandisque celles des maisons des " Goobroon " les opprimés, devaient elles s'ouvrir à 'gauche'.

b)- pour pouvoir contrôler la croissance de la population des "Goobroon", le deuxième ordre visait à inscrire sur le registre le nom de chaque nouveau-né des " Goobroon " et pour mieux veiller à l'application de ce dernier ordre les " Silcis-Gurgaarte " en fins stratèges installèrent sur une ligne médiane coupant la totalité de la ville de " Jali " une suite de " Raar ": des miradors formés chacun de quatre grosses poutres surmontées par un rempart sur lequel se trouvait un homme qui surveillait le secteur juste au-dessous de lui et en référait immédiatement à la chaîne des miradors suivante.

Ainsi surveillés et encadrés les " Goobroon " n'eurent pas d'autres choix que celui de décider de se débarrasser des " Silcis-Gurgaarte". la suite + >  

XIII XVI XVII XVIII XIX  
 
 
Infos
Somaliway.com ©1999-2012